Une Vie
 
 
 Quand s'envole tournoyant l'an des quatre saisons
 Au départ mon esprit plein d'interrogations
 M' entraînant aux vallées où sont d'autres versants,
 Je me laisse emporter acceptant ces moments...
 
 Mais mon coeur en attache à mes jeunes années,
 Quelques images défilent retraçant le passé
 Se livrent aux souvenirs de joies et de tourments,
 Où toi et moi c'est sûr étions de fous amants...
 
 Tu m'as fait deux colonnes, tu en es le pilier,
 Moi j'étais Babylone, aux jardins parfumés,
 Nous avons traversé des écueils, des batailles
 Mais nous n'avons jamais lâché le gouvernail...
 
 Ce n'est point très lointain, tous ces flash's de rêve,
 Ce soir pas coutumier, pour toi j' écris ces vers.
 Mais quand s'est transformé, l'amour en la tendresse,
 Bien que je n'ai de toi, jamais une caresse...
 
 Et même séparés a surgit la tristesse,
 Ce soir, je me surprends, et sais que le temps presse,
 Terrassée, que tu puisses partir par l'autre porte...
 Hélas d' accord tacite, nous vivons l'un sans l'autre...
 
 Oh Dieu fasse, que je parte la première car sans toi,
 Si même avons vécu avec des hauts et des bas,
 Ma vie n'aurait qu'un sens, te rejoindre là-haut,
 Et peut-être là-bas revivre le plus beau...
 
 Nous avons ramassé bien des ronces et des roses,
 En portions la douleur,des mille et une causes,
 C'était beau, sentait bon, mais les épines au coeur
 En périodes de quatre ans oubliions la douleur ...
 
 Tu partais, revenais, je n'hésitais jamais....
 Croyant pouvoir reprendre les rênes et avancer,
 Les enfants s'opposaient en nous aimant tous deux
 Donc après le Divorce, "Re-Mariage joyeux"...
 
 Pour un bail de neuf ans, c'était trop, ce fut long,
 Où ce fit tristement sans aucune intention,
 Que vivions à deux l'incompatibilité
 Ca existe ces frontières, et encore de s'aimer...
 
 Et pourtant, malgré tout aujourd'hui un climat,
 Installé l'un sans l'autre, mais tout près l'un de l'autre,
 Toujours ensemble pour fêter joies ou fêtes, tu es là,
 Toi mon Papa Noël, tu te nommes pour moi ...
 
 Tu prépares avec moi ce qu'il y a de meilleur,
 Mais n'en ratons pas une, sans que sorte la rancoeur,
 Mais deux minutes après, l'un et l'autre en approche,
 Alors, on se regarde, toi et moi sans reproches.
 
 Ne sachant plus quoi faire pour réparer l'erreur,
 On s'embrasse, se chatouille, et c'est du baume au coeur...
 Ainsi va notre vie, on est là en famille,
 Mais avons un cadeau, nos deux petites filles ...
 
 Les hivers les printemps, les trêves et les batailles,
 Devenus monuments qui forment une muraille...
 
 ***
 Voilà ce que ça donne quand on veut badiner ,
 Disant :"Bonjour mignonne": en agitant tes clés

Liliane...

Sortie

Yvette Nico