Texte de M Gérard

 

 

DEJA !…

 

Déjà ! Se fanent les fleurs de l’été,

Déjà ! Dans le temps, le jour est plus court,

Déjà ! S’avance la mélancolie,

Déjà ! Des rides froissent les velours

Et déjà ! Soufflent quelques perfidies !

 

Dans l’invisible glissade du temps,

Qui entraîne les jours et les saisons,

La nature fait son œuvre éternelle

A jamais, tracée par des dieux puissants ;

Effervescence puis effeuillaison,

C’est un voyage court et perpétuel !

 

L’après midi de l’année se devine,

Les grands jours s’en vont à pas de géant,

Des ombres longues s’attachent à nous

Et nous poussent vers le soir qui calcine ;

Déjà ! Des feuilles s’envolent au vent,

Présages certains d’instants aigre-doux

 

Fin de vacances, prémices d’automne,

Crépuscule de l’été qui s’endort,

Une page de vie va se tourner

Vers un chapitre nouveau, monotone,

Et nous  entraîner vers d’autres décors :

Ainsi tourne la pendule effrénée !

 

M. Gérard.

....

Retour

Yvette De France