Texte de M Gérard

 

Chagrin

 

Le soleil brillait, les oiseaux chantaient

C'était un jour qui promettait

Mais en un instant tout s'est écroulé

Les sourires se sont figés  !

 

L'ombre néfaste de l'irrationnel

Ouvrait grandement son tunnel,

Sa main fatale, comme une griffure,

Causait la profonde blessure.

 

La projetant dans la nuit éternelle,

D'un coup d'aberrance cruelle,

L'épouvantable choc, dans sa démence,

Laissait à Marie peu de chance.

 

Alors que tinte le glas du malheur

Grande est l'émotion dans les Cœurs.

L'été radieux de la vie qui s'éteint

Glace désormais les matins.

 

Quand chez des Amis le drame entre en scène

Nous avons aussi de la peine

Tout au fond de nous même nous sentons

Comme s'enfonce le harpon !

 

En ces heures de désolation

Nous ne pouvons que des condoléances.

Puisse cette simple éloquence

Atténuer les afflictions

Et apporter consolation !

M. Gérard.

Retour

Yvette De France