Texte de M Gérard

 

 

COUP DE FROID.

 

 

Matin givré de décembre

C'est blanc, c'est beau, c'est pur

Mais le froid glace nos membres

Et freine nos allures.

Les années ajoutées aux années

Engourdissent les individus,

Frileusement certains vont se cloîtrer

Pour esquiver les affronts malvenus.

Des rides marquent les visages blêmes,

Des rhumes guettent sur les trajets

Pour frapper les faibles de leurs anathèmes ;

Froidement la nature nous soumet !

Guettant nos faiblesses et nos inattentions

D'invisibles ennemis sont à nos portes ;

Armées de piques et en grandes cohortes

Les froidures plantent leurs aiguillons !

Mais !

Dans nos cheminées nous ferons de la braise,

Que nous répandrons sur les frimas glacés

Qui nous étreignent et nous mettent mal à l'aise

Et nous boirons du chaud pour nous renforcer.

 

Nous entretiendrons des foyers ardents

Pour dissoudre les séracs en formation

Et pour réchauffer les airs meurtrissants

Qui vont frigorifier nos respirations.

 

Et puis nous resserrerons nos rangs

Pour faire face aux glaciales averses,

Aux mugissantes tempêtes d'incidents

Et aux horizons blafards qui nous bouleversent.

 

Hardiment nous  foncerons dans les brumes

Pour encore atteindre des sommets ;

Tout en digérant des amertumes

Nous traverserons dignement l'abcès !

 

M. Gérard

....

Retour

Yvette De France