Texte de M Gérard

 
 

Glorieuses professions

!                    

 

Le Ciel visionnant la Terre  voit l'hôpital 

Avec ses personnels adoucissant le mal

Et, le Ciel attribue des bons points à  ce monde

Qui consacre son temps aux santés moribondes.

 

Car le Ciel connaît  ces gens, jamais rebutés,

Soignant et torchant les malheureux alités

A qui sont prodigués toutes les attentions,

Et le Ciel bénit la glorieuse profession.

 

Faut-il avoir un Cœur tendre et bien accroché

Pour, tous les jours, prendre en main cette adversité

Qu'est la souffrance de l'humanité gisante

Ou pour l'accompagner quand vient la nuit glaçante !

 

Le Ciel est témoin  de la mobilisation

De ces Anges gardiens, toujours en communion

Avec les douleurs et les peines du prochain,

Et en action sitôt l'appel d'un mal-en-point

 

Devant des patients que la douleur rend grincheux

Le corps soignant reste serein et merveilleux ;

Quiconque est pansé par les délicates mains

Ne peut que rendre hommage à ces immenses saints

 

Alors ! Avec le Ciel,  saluons l'ange blanc

Qui veille sans cesse au chevet du délirant

Pour le mettre sur pied ou pour l'accompagner

Quand vient l'instant d'entrer dans les éternités !

M. Gérard.

....

Retour

Yvette De France