Texte de M Gérard

 

 

LA VIE.

 

 

Dans tout l’univers prospèrent des vies

Qui animent les profondeurs du temps

Et font vibrer les espaces moroses

En des mouvements ininterrompus.

Des multitudes de typologies

Naissent sans cesse dans l’immense champ

Nourricier qui meurt et se recompose

Suivant des rythmes réglés et absolus .

 

Agglutinations de poussières vaines,

Embrasements de matières dormantes

Et, ronde du temps dans l’immense vide,

Voilà que germent des aspirations.

Des désirs de se bouger sur la scène

Et de grandir dans la vague accueillante

Poussent les corps à trouver des subsides

Pour arriver à la sublimation.

 

Montée de la sève et bourgeonnement

Le ciel attire la branche vers lui

Alors qu’au sol se terrent les racines

Avec les marques des temps précédents.

Et c’est l’éternel recommencement

Qui fait venir le jour après la nuit

Pour que fleurisse la rose divine

Entre le début et la fin des temps !

 

M. Gérard.

...

Retour

Yvette De France