Texte de M Gérard

 

L’ETOILE ET LES EPINES.

 
Ce soir là, dans le Ciel, une étoile brillait
D’une lumière aussi vive que mille étoiles ;
C’était l’annonce d’un univers qui naissait
Au milieu d’une nuit qui lèverait les voiles.
 
Parée d’une aura et d’un halo de mystère
L’étoile avait conduit à l’endroit du miracle,
Modeste refuge, qui langeait de litière
La promesse du Ciel qu’avait prédit l’oracle !
 
Promesse d’Amour et promesse de justice,
Bonne parole et bon sens pour l’humanité ;
Le message du Ciel allait jusqu’aux abysses
Eveiller les esprits cernés d’opacités.
 
Le petit grain semé a donné la raison,
Et le discernement changeant la nuit en jour
A illuminé les plus pâles horizons ;
Sublime clarté  aux nuances de l’Amour !
 
Le mal, hélas ! Ayant de solides assises
Empêche la justice et se donne beau jeu ;
L’égoïsme éhonté a tellement d’emprise
Que le verbe du Ciel est rejeté des lieux !
 
Paroles et lumières, qui montraient le chemin,
Ne sont pas arrivées jusqu’au cœur du granit
Et malgré que soient beaux quantités de jardins
Les épines du mal font d’horribles maquis !
 
Mais la graine semée continue à toucher
Et des cœurs endurcis se fendent d’émotion,
Conscience réveillée ils vont se détacher
Et, grande espérance, venir à réflexion !

 

M. Gérard.

Retour

Yvette De France