Texte de M Gérard

 

 

 

LUNE VOILEE…

 

 

Au travers des nuages glacés du nord est,

Qui défilent dans le firmament courroucé,

J'aperçois la lune pale et frigorifiée

Qui  n'émet que des lueurs tristes et modestes.

 

Ses rayons ne percent pas la nuit des nuages

Qui encombrent le ciel et nous mettent dans l'ombre

D'obscurs outrages tourbillonnent en nombre,

 Poussés dans le temps par une bise sauvage.

 

Et la lune, même pleine, nous est cachée,

Dans les ténèbres nous devons franchir la nuit,

Pour aller à tâtons dans des rêves troublés

En attendant que le jour sorte des oublis.

 

Le froid de cette nuit en paraît plus intense,

Et pour traverser cet espace rafraîchi

Il faut se protéger contre la turbulence

Prévoir une lampe et un réchaud assorti !

 

Pour ne pas trébucher au milieu du néant

En traversant l'étrange et périlleuse nuit 

Il faut mettre nos pas dans les traces du vent

Et aller droit vers les destins qui sont écrits.

 

Ainsi nous passerons, quand même, sans les feux

De cette lune qui se cache dans la brume

Et nous arriverons au seuil miraculeux

D'un autre jour vibrant d'éclats et de volume !

M. Gérard.

....

Retour

Yvette De France