Vice et Râles

 

 

2

 

Finis pour nous les bleus et le harcèlement,

L’Horreur au quotidien par électrocution.

Adieu au Barbe-bleue, à nous l’enchantement.

Que nôtre Ange-Gardien veille avec attention.

 

Robert a décidé dans les années cinquante

De se jeter à l’eau. La mort le réclame. 

Ton père s’est suicidé, arrêtant sa toquante….

Vulgaire rigolo. Euh ! Et Pet à son âme.

 

Comme tu peux le voir, j’ai pas mal dérouillé.

J’ai du mal à pousser, à me tranquilliser.

Je ne peux concevoir, j’ai le cœur verrouillé.

Et rien que d’y penser, arrive la nausée.

 

Arrête mon ami, là je me sens larguer,

Car j’ai la sensation que le bonheur se meurt.

Je reviendrais ! Promis, vers toi  pour dialoguer

Avec application, pour tuer la tumeur.  

                                

Je me sens amoché, près de l’effondrement

Je suis en perdition. A quoi me raccrocher.

Ce gosse m’a fauché  inoffensivement.

A-t’il la solution ? Dois-je m’y accrocher ?

 

Ce mioche se remue, ce n’est pas un pleureur.

Il a pris position très délibérément.

Il pardonne, commue et contient sa fureur….

C’est vrai qu’il m’a ému par son comportement.

 

Cela fait cinquante ans que ce corps pourri

Voudrait l’absolution pour pouvoir avancer.

Je ne peux pardonner. C’est non a fortiori

Tant sa dépravation revient me courroucer

 
Page 3