Vice et Râles

 

 

3

 

Le cimetière est froid. Je m’emmerde à mourir.

Sa dernière demeure ne respire pas la paix.

On sent comme de l’effroi venir vous parcourir !

Bon, adieu l’écumeur ! Je pars, j’en ai soupé.

 

As t’il toujours été ce mesquin résidu,

Ce défavorisé….Ce néandertalien ?

J’aurais tant souhaité de lui l’inattendu,

A savoir un baiser….une étreinte….un lien ! 

 

Dans mon for intérieur c’est le bouleversement.

Les stigmates sont là et me rendent furieux.

Dans ma vie ultérieure oublierais-je vraiment ?!

Irais-je par-delà….sortirais-je victorieux ?!

 

Harassé, éreinté, je m’écroule illico.

Ces pesants souvenirs sont un dur contrecoup.

Hello ! Le dépité. Oh ! Secoues-toi coco,

Nous allons revenir, nous remettre sur le coup.

 

Ta mère s’est bagarrée avec ses trois moutards ?

Dans ces temps incertains, miséreux….minables.

Elle a souvent pleuré, mais connût l’Avatar

Offert par le destin….Inimaginable !

 

Un homme la croisant lui fit battre le cœur.

Elle était fascinée, pleine d’admiration

Pour l’être séduisant qui sera son vainqueur.

Ils vont s’embéguiner puis vivre l’exception.

 

Il leur faudra trouver travail et logement,

Afin de réunir la petite tribu.

Se battre pour prouver le sérieux du serment,

Et ne pas s’abstenir pour payer leur tribut.

 

Mais sur ces entrefaites….vient la séparation.

Les lardons sont placés selon le gré du vent.

A quand donc la fête et la constellation ?!

Assez du in pace et du sombre couvent.

 
Page 4