France

Vézelay

Photos de Martine Lorillec

Vous êtes sur le site   >>>   www.yvettedefrance.com

Vézelay est une commune française, située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne 15 km d'Avallon et 45 km d'Auxerre. La petite ville est un chef-lieu d'Avallon. La ville est renommée, car c'est un haut lieu du pèlerinage Français. Sa célèbre basilique attire des milliers de touristes chaque année. La ville est située sur une haute colline. La rue principale suit la ligne de crête de cette colline et permet de rejoindre l'église abbatiale située sur le point culminant. Vézelay est proche de la Cure sur sa rive gauche. La cité de Vézelay doit son origine à une abbaye bénédictine ayant abrité les reliques de sainte Marie-Madeleine. Vers 858, un monastère de femmes est fondé par Girart de Roussillon, à l'emplacement actuel de Saint-Père. Il possède une villa, entourée de grands domaines. Le finage dans lequel les habitations se trouvent porte le nom de Vezeliacus qui deviendra Vizeliac puis Vézelay.En 873, l’abbaye est pillée par les Normands qui remontent la Seine,l’abbaye est transférée sur la colline des moines bénédictins remplacent les moniales. La position du monastère attira nombre de familles afin de profiter de la protection des murs du nouvel établissement. Certains auteurs affirment qu'en 882 le moine Badilon aurait apporté de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume à Vézelay, des reliques de Marie-Madeleine. Par contre, Eudes, premier abbé, est mentionné en 897. Élu en 1037, l'abbé Geoffroy réforme l'abbaye et convainc ses contemporains que l'abbaye possède les restes de Marie-Madeleine : d'où pèlerinages, donc offrandes et donations. Ceci profita naturellement aux habitants et le village devint une petite ville. En 1096, Urbain II prêche la première croisade la construction de l’abbatiale est décidée. Elle est consacrée en 1104. L'impôt établi pour réaliser cette entreprise avait exaspéré les habitants qui se révoltèrent l'abbé Artaud fut assassiné en 1106. En 1137 l’abbé Albéric signa avec les habitants une charte qui définissait les droits de l'abbaye et des bourgeois acte de sagesse qui fut loué en termes élogieux par saint Bernard. En 1190, Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion s'y donnent rendez-vous pour la troisième croisade. Le chœur de l'église romane est reconstruit en plus vaste. L'abbé Hugues, homme corrompu, dilapide les richesse de l'abbaye et sera destitué en 1207. Le déclin de l'abbaye commence, coïncidant en cela avec le déclin des ordres monastiques et celui des bénédictins en particulier. 1215 l'abbatiale est achevée, les conflits avec les comtes de Nevers reprennent. L’ordonnance de 1312 de Philippe le Bel confirme que ville et abbaye sont une dépendance ordinaire du domaine royal. Les habitants ont compris que cette autorité leur permettait de contenir l'omnipotence abbatiale et d'échapper aux brutalités de seigneurs féodaux. Vézelay entre dans le cercle restreint des bonnes villes du royaume Louis XI ne tolère pas que les abbés soient plus ou moins liés au duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Afin de s'assurer d'une place forte il impose brutalement un de ses courtisans Pierre de Balzac. En 1538, une bulle accorde ce que les moines demandent depuis longtemps à savoir la sécularisation. L'abbaye devient une simple collégiale, un chapitre de chanoines remplace les moines bénédictins et surtout le domaine est mis entre les mains d'abbés commendataires. François Ier essaie en vain d'obtenir que Vézelay devienne un évêché. La bulle de 1541 ne sera enregistrée par le Parlement de Paris qu'en 1653. Elle ne laisse au chapitre que des revenus insuffisants et favorise les abbés commendataires. 1840 Restauration de la basilique par Viollet-le-Duc.Les remparts La muraille d'enceinte a été construite au tout début du siècle. Elle épouse la forme de la colline. Les guerres de Cent Ans puis celles de religion ont eu raison du bel ensemble. Les cinq tours qui subsistent La porte Sainte-Croix semble dater du XII siècle la voûte qui menaçait de s'effondrer a été démolie en 1814. Elle donnait accès dans l'enceinte de l'abbaye. La muraille qui la prolonge est remarquable par la beauté de sa construction. Elle était bordée par une esplanade nommée le Mangoneau ou Butte-du-Moulin-à-Vent en souvenir du moulin de l'abbaye. Après la haute muraille qui forme la célèbre terrasse de Vézelay se trouve un ancien guichet on accédait à la poterne par une échelle mobile et à l'intérieur un escalier à vis permettait d'accéder à la terrasse du guichet protégé par des créneaux. La muraille se poursuit ensuite jusqu'à la porte Saint-Étienne La muraille a une étendue d'environ 1,9 km, elle est épaisse en moyenne de 2 mètres et haute de dix mètres. Les remparts sont protégés au titre des monuments historiques par plusieurs décisions avis de classement du 13 juillet 1875, inscription par arrêté du 23 mai 1995 et classement par arrêté du 20 juillet 1998  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sortie