Italie

Capri

Villa Jovis

Photos de Eva

Vous êtes sur le site   >>>   www.yvettedefrance.com

Villa Jovis est une Villa impériale de Tibère. C'est la plus grande et la plus somptueuse résidence de Tibère

La Villa Jovis, fut construite durant le premier siècle après. J.C., elle a été attribuée à l'empereur Tibère, pour l'emplacement en surplomb sur la mer ce qui garantissait la sécurité et un lieu privé très importants pour l'empereur. De la villa romaine reste une bonne partie de sa structure, construite sur de vastes citernes ayant également des réservoirs d'eau afin de pourvoir au manque d'eau très fréquent sur l'île de Capri. Villa Jovis était organisée en secteurs reliés par des couloirs, des escaliers et par des galeries. Au Nord il y avait l'appartement de l'empereur avec vue sur le Golfe de Naples; à l'est il y avait le secteur de la haute représentation; les thermes étaient situées au sud et, à l'occident les logements et les locaux de service. En 1937, après des fouilles dirigées par l'archéologue Amedeo Maiuri en utilisant des critères scientifiques, le complexe de Villa Jovis fut inauguré officiellement. A' l'intérieur du complexe archéologique de Villa Jovis à Capri se trouve la petite Église de Sainte Maria du Secours. Les structures mises en évidence se développent sur une superficie d'environ 7000 m², même si la villa devait recouvrir une zone bien plus grande et comprendre des bois, des jardins et des nymphées.
La villa resta une résidence médiévale, quand le lieu devint le refuge d'un ermite et une maison impériale y fut érigée jusqu'au IIème siècle après JC. Les modifications successives remontent aux Saints Christophe et Léonard, puis elle fut agrandie pour devenir l'actuelle Santa Maria del Soccorso.
La grande installation des Citernes était le centre du complexe impérial, autour duquel se disposaient les autres secteurs : au sud les Thermes, à l'ouest le Quartier Servile, au nord et à l'est le Quartier Impérial.
L'entrée d'origine de la villa était un vestibule en forme d'atrium avec quatre colonnes en marbre cipolin (A), au-delà duquel se trouvait un deuxième vestibule (B) qui servait de dégagement pour les différentes parties du palais.