Bhoutan

Capitale Thimphou

Vous êtes sur le site   >>>   www.yvettedefrance.com

Le Bhoutan

Thimphou est la capitale du Bhoutan, située dans une haute vallée dans l'ouest du pays. La ville, avec ses 79 185 habitants[], accueille la plus importante concentration de population du pays. Elle est située dans le district de Thimphou.

La vallée de Thimphou se trouve à 2 350 mètres d'altitude. Son urbanisation commença en 1952, quand Thimphou fut proclamée capitale nationale. Punakha était jusque là capitale d'hiver du Bhoutan.

La ville s'étend dans les collines occidentales de la vallée de la Wang Chhu, avec  un quartier regroupant les immeubles abritant les services gouvernementaux centré sur Tashichoedzong. L'expansion rapide suivant l'exode rural a conduit à une reconstruction dans le centre-ville ainsi qu’à la prolifération des banlieues.

Norzim Lam, l'artère principale restaurée il y a peu, est bordée de boutiques, de restaurants, de commerces vendant au détail, d'arcades et de bâtiments publics. Ailleurs, il y a un mélange d'immeubles, de maisons familiales et de magasins familiaux. En vertu du règlement, tous les bâtiments doivent être conçus dans un style traditionnel, avec des peintures et motifs bouddhistes. En fin de semaine, un marché assez vivant près de la rivière fournit de la viande, des légumes et des articles touristiques.

La plupart des industries légères de la ville se situent au sud du pont principal. Thimphou a un nombre croissant de services commerciaux et de bureaux s'occupant de plus en plus des besoins locaux. La ville est entourée par des forêts qui lui donnent une apparence plus verte. Avec la célébration en 2008 des 100 ans de la monarchie constitutionnelle, on peut y voir de plus en plus de constructions. Il est prévu à l'horizon 2020 d'y construire un réseau de tramway moderne

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le pays du Bhoutan

Le Bhoutan  810 000 habitants est un pays d’Asie du Sud . Il est situé dans l’est de la chaîne de l’Himalaya, enclavé entre l’Inde au sud, à l’est et à l’ouest, la Chine (région autonome du Tibet) au nord. Plus à l'ouest, il est séparé du Népal par l'Etat indien du Sikkim, et plus au sud il est séparé du Bangladesh par les Etats indiens d'Assam et du Bengale-Occidental. Sa capitale et plus grande ville est Thimphou.

Le Bhoutan est un ensemble de fiefs mineurs en guerre jusqu'au début du XVIIe siècle, quand le lama et chef militaire Shabdrung Ngawang Namgyal, fuyant la persécution religieuse au Tibet, unifie la région et cultive une identité bhoutanaise distincte. Au début du XXe siècle, le Bhoutan entre en contact avec l'empire britannique. Il maintient des relations bilatérales fortes avec l'Inde après son indépendance.

La géographie du Bhoutan varie des plaines subtropicales dans le sud aux montagnes subalpines du Himalaya au nord, où certains sommets excèdent 7 000 m La religion d'Etat du Bhoutan est le bouddhisme vajrayāna.  L'hindouisme est la seconde religion du pays
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les boites à prières
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En 2008, le Bhoutan passe d'une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle et organise ses premières élections générales. Il est membre des Nations unies,

L'économie du Bhoutan est une des moins développées au monde ; elle est fondée sur l’agriculture, l'élevage, l’exploitation forestière, la vente à l’Inde d’électricité d’origine hydrodynamique, et le tourisme.

L'agriculture est en grande partie vivrière et pratique l'élevage. Les montagnes dominent le territoire et rendent la construction de routes et de toute autre infrastructure difficile et chère. L'économie est étroitement alignée sur celle de l'Inde par de forts liens commerciaux et monétaire et dépend fortement de l'aide financière de ce pays. Le secteur, très délaissé, de la technologie industrielle n'est pas une priorité et la plupart des productions proviennent d'ateliers familiaux.

La majorité des projets de développement, tels que la construction de routes, est tributaire de la main-d'œuvre saisonnière indienne. Le potentiel de production hydro-électrique et l'activité touristique sont les ressources principales en capitaux du pays.

Les programmes modèle sociaux, d'éducation, et d'environnement en cours se font avec l'appui d'organismes multilatéraux de développement. Chaque programme économique doit tenir compte de la politique gouvernementale de protection de l'environnement et des traditions culturelles du pays.

Les contrôles poussés et les politiques dans les domaines de l'industrie, du commerce, du travail et des finances constituent une maîtrise de l'investissement étranger.

Le pays ne s'est ouvert aux touristes qu'en 1974. Cette ouverture reste très mesurée et exclut le tourisme de masse par le prix élevé des séjours organisés, culturels et de randonnée. Le tourisme en 2002 fournissait un cinquième des ressources du pays[].

Le système de santé est totalement gratuit pour tout le monde quel que soit le traitement. Tous les villages sont dotés d'une école et d'une antenne locale de santé[]

L'aéroport international de Paro est l'unique aéroport du pays. Deux autres sont en construction, afin de désenclaver les régions des vallées du nord et de l'est.

Le réseau routier, très sommaire, suit les anciens chemins caravaniers. On compte très peu de ponts ou de tunnels. Mettre 8 heures de voiture pour parcourir 200 km est la norme en raison de l'étroitesse des routes, dont l'entretien est difficile.

La loi bhoutanaise incite la population à porter les vêtements traditionnels que sont le gho (en) (pour les hommes) et la kira (pour les femmes[]

La musique bhoutanaise est proche des musiques tibétaine et indienne de par son passé colonial et sa culture bouddhiste. Du fait de la fermeture politique du pays, cette culture a été préservée jusqu'à très récemment. Il existe encore une nette délimitation entre musique religieuse et musique profane[[], la première ayant une large prééminence et s'associant volontiers aux danses.

Le dzong du Bhoutan est un monastère-forteresse bouddhiste. Il servait autrefois de centre religieux, militaire, administratif et social du district qu'il commandait. Il pouvait abriter une garnison si nécessaire ainsi qu'une armurerie. Il accueillait les structures administratives du district ainsi que les moines.

 

Le Bhoutan est le dernier pays du monde à avoir reçu la télévision, c'était en 1999 ou 48 chaînes peuvent être reçues par satellite[  ] Le 2 juin 1999, à l'occasion du 25e anniversaire du couronnement du roi Jigme Singye Wangchuck, le pays se dote de sa première chaîne de télévision nationale (BBS TV) et de son premier accès internet. Lorsque la télé est arrivée au Bhoutan en 1999, les évènements sportifs sur Ten Sports causèrent des bagarres dans les cours de récréation ; en regardant la chaîne coréenne Arirang TV, des adolescentes se sont mises à se décolorer les cheveux en blond et des bandes se sont formées pour la première fois dans la capitale

Le tourisme est volontairement limité dans la volonté de préserver l'environnement et la culture du pays. L'accès est néanmoins plus facile depuis la privatisation de l'industrie en 1991  La plupart des dzong, qui abritent toujours à la fois les services administratifs de la région et des locaux à usage religieux, sont ouverts aux étrangers.

L'anglais est appris à l'école et la presque totalité des documents officiels est publiée également en anglais.

 On estime à 20 000 le nombre de touristes au Bhoutan. On estime que 24 % de ces touristes viennent des États-Unis, 17 % du Japon, 11 % du Royaume-Uni et 48 % d'autres pays. Chaque touriste doit s'affranchir d'une taxe de 250 dollars par jour montant qui comprend hôtel, repas, voiture et guide

Sortie