Les douanes

 

Ses papiers, même s'ils étaient faux, étaient parfaitement en règle.


Le bagage attendait avec un air louche.


La femme était accompagnée de deux enfants de nationalité noire.


Quand nous lui avons demande de s'expliquer, l'homme a souri comme un coupable.


Le sac que portait la femme ayant aboyé à plusieurs reprises, nous en avons conclu qu'il ne contenait pas que des vêtements comme elle le prétendait.


Le transport des animaux étant interdit en cabine, le chien avait été déguisé en petite fille.


L'ours en peluche suspect a bien été éventré par nos soins, d'ou nous avons conclu qu'il ne contenait que du rembourrage légal.


L'homme n'ayant pas d'argent sur lui, nous l'avons sommé de nous régler immédiatement la totalité des sommes dues au titre des taxes diverses.


Ses explications ne nous paraissant pas très claires, nous avons sommé l'homme de parler français sous peine d'amende.


L'homme est mort avant de passer les contrôles douaniers, vraisemblablement pour n'avoir pas à nous présenter ses  papiers.


Plus l'homme cherchait à nous donner des explications sur son geste, plus nous avons compris qu'il ne parlait pas la même langue que nous.

Sortie