Pour nos petits enfants

 

Le vilain petit canard

 

 

Que la campagne était belle en ce milieu d'été !

Dans un fossé couvert de nénuphars,

Une cane avait fais son nid et couvait ses oeufs,

Elle avait hâte de les coir éclore.

Et même si elle s'éloignait quelquefois

Pour aller barboter avec les autres canards, elle revenait vite

Pour couver, bien cachée sous les herbes.

 

Enfin, un matin, les canetons crevèrent leur coquille,

Seul le plus gros oeuf refusa d'éclore.

La cane très contrariée se remit à couver. 

Une de ses amies vint admirer les nouveau-nés.

 

- Ils sont magnifique ! dit-elle  

Mais ce gros oeuf est bizarre....

On dirait un oeuf de dinde ! Vous devriez le laisser.

Les dindons ont peur de l'eau et il est, 

Impossible de leur apprendre à nager

- Oh répondit la cane, j'ai déjà bien attendu trop longtemps;

Je peux encore attendre un peu

 

Enfin le gros oeuf creva.

- Que ce petit est énorme se dit la cane.

Serait-ce vraiment un dindon ?

Le seul moyen de vérifier, c'est d'emmener les enfants barboter.

 

Mais quand elle vit le caneton s'élancer, elle fut tout à fait rassurée...

-  Comme il nage bien et comme il se tient droit,

Finalement, il n'est pas si laid !

 

La cane décida de présenter ses petits aux animaux de la ferme. 

Mais voyant le gros, tous s'écrièrent:

- Qu'il est laid, qu'il est vilain !

 

Les poulets l'attaquèrent, les canards le mordirent,

Puis ses frères et soeurs se ruèrent sur lui.

- Vilain, vilain, vilain petit canard, se moquaient t-ils tous.

Très malheureux, le vilain petit canard s'enfuit. 

Il vola jusqu'à un grand marécage, où vivaient des canards sauvages.

- Me permettez-vous de dormir dans les roseaux ?

Demanda timidement le caneton.

- d'accord répondirent les canards du bout du bec,

Mais cache toi bien, tu es vraiment trop vilain.

 

Le soir même des chasseurs tuèrent les canards sauvages.

Un chien de chasse renifla le caneton blotti au milieu des roseaux,

Puis s'en alla sans même le toucher.

- Je suis si vilain, pensa le caneton,

Que même ce chien dédaigne de me mordre....

Longtemps après le départ des chasseurs,

Le vilain petit canard encore tremblant osa s'envoler.

Mais ce fut hélas pour affronter une terrible tempête.

 

A bout de force, il réussit à se réfugier dans une cabane,

Habitée par une vieille, son chat et sa poule.

- Sais-tu pondre des oeufs ? lui demanda la poule.

- Non répondit le caneton.

- Sais-tu filer la laine ? demanda le chat

- Non plus, mais je sais nager et voler.

 

- Ponds des oeufs, file la laine ou bien va-t-en  répliquèrent-ils

Puis ils l'attaquèrent à coup de bec et de griffes.

 

Le vilain petit canard s'envola, désespéré

Chassé par tous, il décida de vivre en solitaire.

 

Par un beau soir d'automne, alors qu'il se baignait, il

Vit passer des cygnes, qui s'envolaient vers des pays chauds

- Comme ils sont beaux se dit le caneton.

Et il sentit qu'il aimait ces superbes oiseaux,

Comme jamais il n'avait aimé personne.

 

Puis l'hiver vit, Il faisait très froid.

un jour, qu'il nageait dans un trou d'eau,

Le vilain petit canard se trouva pris dans la glace du lac gelé.

Heureusement des enfants qui passaient par là, le délivrèrent.

Mais persuader que les enfants allaient lui faire du mal,

Le caneton se débattit et s'enfuit dans la neige.

Il passa l'hiver dans les joncs d'un marais où il survécut

plus mal que bien jusqu'au printemps.

 

Puis le printemps arriva. Il faisait beau

Et le caneton sentait ses forces revenir.

Il quitta le marais et vola jusqu'à un étang,

Situé près d'un petit bois et d'une maison.

Trois cygnes sortirent du petit bois pour aller nager dans l'étang.

Le caneton reconnut ces oiseaux magnifiques et voulut les rejoindre.

- Tant pis, ils me tueront sûrement pour avoir osé m'approcher d'eux.

Moi qui suis si vilain. Mais ça m'est égal.

Je veux aller les retrouver, se dit le vilain petit canard.

Et il piqua droit sur l'étang, il nagea à la rencontre des cygnes.

- Tuez-moi si vous voulez, dit le pauvre animal

Penchant la tête vers la surface de l'eau.

C'est alors qu'il découvrit son reflet.

c'était celui d'un cygne !

Les enfants de la maison coururent au bord de l'étang.

- Il y a un nouveau ! Qu'il est jeune !

C'est le plus beau de tous ! Crièrent-ils.

 

Les trois vieux cygnes s'inclinèrent devant leur nouveau compagnon.

Et le jeune cygne se sentit envahi de bonheur....

 

 

Sortie

Yvette . Piel