Ma Copine Margot

 

***

 

Lorsque j’étais enfant, j’avais une copine

Que j’aimais tendrement, car nous étions intimes.

Elle était très jolie, dans ses petits sabots,

Toute habillée de gris, un velours sur le dos.

 

Nous partions tous les deux, faire des randonnées.

Souvent nous empruntions de tous petits sentiers.

Elle était courageuse, marchant toujours devant,

Un peu capricieuse, tout dépendait du temps.

 

Cela ne dura pas, le maître avait parlé,

Un jour il décida de nous faire travailler.

Partant de bon matin, par n’importe quel temps,

Nous suivions le chemin, sous la pluie dans le vent.

 

Il nous fallait marcher, fort loin de la maison,

Toute la  matinée, le chemin était long.

Quand l’hiver était rude le mistral nous glaçait,

Sous notre couverture, malgré tout il passait.

 

Souvent l’après midi, nous travaillions aux champs,

Besognant sans répit, nous allions doucement.

Il fallait travailler, à cette époque là,

Le maître nous aima, justement pour cela.

 

Le temps passa bien vite, et nous avons grandi,

Aujourd’hui je suis triste, j’ai  perdu mon amie.

On nous a séparés, elle est partie un jour,

Dans mon cœur j’ai gardé, un bel  et tendre amour.

 

Elle était si jolie, dans ses petits sabots,

Toute habillée de gris, une croix sur son dos.

C’était une copine, si pleine de tendresse,

Ah qu’elle était jolie, Margot ma chère Anesse.

 

(Poème-vécu)

Dellasta Marcel  -   Fuveau 2002

E-Mail : pagnol13@free.fr

 

Retour

 

 

mise en page Yvette De France