L'Adieu de Minette
 
 
Les dernières pensées de Minette
 

Assieds-toi à côté de moi, j'ai à te parler. 
Je t'ai maintenant, je le crois,assez écouté.

Je me souviens de notre rencontre,
c'était un jour où le soleil brillait, l'air était doux.
Un parfum de muguet, que je n'avais encore jamais respiré,
se répandait tout autour de nous.
Tu es venue vers moi, tu semblais si fatiguée, si triste,
que je me suis tout de suite sentie proche de toi.
 
Les arbres, les fleurs, l'herbe même sentaient la naissance,
le début, la fraîcheur.

Quand tu m'as prise dans tes bras,
ton cœur battait encore plus fort que le mien.
Je me le rappelle bien,
j'en étais stupéfaite!

Tu me donnais tant d'amour
qu'il me semblait que l'éternité était à nous,
que ma vie était elle.

Tu m'as connu bébé, je suis maintenant beaucoup plus vieille que toi,
au crépuscule de ma vie.
C'est moi maintenant qui suis malade, si fatiguée, si éreintée.
Je ne sens plus mes membres,
je ne sens presque plus rien.
Il est pour moi l'heure d'avoir les réponses à mes questions.
 
Es-tu belle ? Es-tu laide ?
Es-tu intelligente, idiote, maigre, grosse, petite, grande,
noire, blanche, jaune, rouge, verte ?
Es-tu riche, pauvre?
As-tu du goût?
Comment t'habilles-tu?
Portes-tu du vert avec du bleu?
Du marron avec du noir?

Non. Ne réponds pas à mes questions,
après tout, que m'importe?
Tu es ce que tu es, celle que j'ai aimé
 que j'ai toujours aimé. La première, la dernière.
 
Notre sort aurait pu être si différent… le mien surtout.
J'aurais pu me retrouver seule,
dans le froid, attendant jusqu'à ma mort ton retour.
J'aurais pu me sentir abandonnée mais confiante,
 même si cela peut paraître incompatible.
J'aurais pu croire en un faux Dieu,
perdre ce que vous appelez des illusions.

Comme je me sens bien près de toi…
 il me semble sentir à nouveau le muguet comme ce jour de mai.
je sens ta chaleur, ta vie, il me semble même entendre battre ton cœur,
comme au premier jour.
Pour moi, c'est le dernier.
Ne pleure pas mon amie.
Ton tour viendra,
et je ne peux m'empêcher de te promettre
que je t'attendrai, même si je sais que tu ne crois pas à ces choses là.
Que nous reste t'il donc?

Rien d'autre que ce que tu penses être un faux espoir.
Mais tu en sais sans doute plus que moi sur ce sujet?

Je vais continuer de vivre dans ton cœur,
aussi longtemps que tu le souhaiteras.
Je serai toujours tout près de toi,
tant que mon image sera présente en toi.
Je dois maintenant m'arrêter.

S'il te plait…
Pose ta main sur ma tête…
 caresse-moi.
Je vais partir, et j'ai un peu peur.
Il me faut ton odeur…
Adieu,  je m'envole vers le paradis des animaux,
je leur raconterai la belle vie de chat que j'ai eu sur terre,
 grâce à toi !
 
Ta "Minette" reconnaissante
 

 le 08/10/2006

Retour

 

Mise en page : Yvette . Nico