Heureusement j'ai compris

 ...

Bien d'années sont passés, des images défilent
D'une période vécue d'espérance fébriles
Me laissant des échos de voix et de sanglots
Pour qui pour quoi ces passages ces sursauts ...

 

Etait  longue la traversée  pour la distance
Ma folie et la sienne entraînant la souffrance
Et pour croyant bien faire, de refaire le monde
En pensant qu'avec nous sur terre feraient la ronde
 Nos familles, nos enfants, qui pensaient autrement ...

 

Nous avions mis sur pieds notre futur d'amants
L'amour semblait si fort qu'on fonçait écrasant
Sans nous en rendre compte même les innocents ...
 Pour la dernière fois avant la mise au point
Devais le lendemain le rejoindre par le train..

 

Dans ma chambre préparant quelques petits bagages
Pour une courte absence devais faire  ce voyage
 Nous avions tout prévu la maison sur la mer
Sans même tourner la tête regarder en arrière ...
Mais voilà j'aperçois le regard impuissant
De ma chair, mon enfant qui avait quinze ans..

 

Il ne me voyait pas l'observer, et ses gestes m'intriguaient
D'une main ouverte au dessus de l'autre  son poing fermé,
M'approchant demandais, ce que signifiaient ces mouvements,
Ben, tu vois maman, le poing fermé c'est moi ,
La main ouverte dessus, c'est toi et papa
Sans vous deux ensemble, où serait mon toit..?
 
Comme un coup de poignard la fautive c'était moi
 Mon esprit basculait , les projets s'écroulaient ,
Comprenant que mon coeur c'est lui qu'il choisirait
Alors je promettais de m'absenter qu'un jour
Et là il s'apaisa, croyant en mon amour ...
 
Quand enfin j'arrivais à destination , attendue
Comment dire , expliquer, je me sentais perdue
Arrivés à l'hôtel , il a du s'absenter ...
Mon nez contre la vitre, là l'orage grondait
 
Sur la branche d' un arbre sous la pluie deux oiseaux
Sautillaient s'approchant l'un et l'autre pour avoir plus chaud
La pluie tombait si fort qu'ils ont failli tomber ...
Prenant sac et valise, tant pis !!! Je m'enfuyais ...
 
J'étais en pleine crise , je pris des raccourcis ,
Arrivais à la gare descendant du taxi,
Je pris un téléphone , criant mon repenti ...
Je n'eu jamais si mal au cours de toute ma vie ...
 
J'entendis qu' un "ALLÔ, je répondis j'arrive
Je perçois des sanglots , et je pars en dérive ...
Je voulais survoler les villes et les campagnes ,
Revoyant les clochers , donnant paix à mon âme
 
De tous feux toutes flammes , me sentant délivrée
A deux pas de brûler, arrivant sur le quai ,
Comme des chiots perdus trois êtres m'attendaient ...
Comme attendant le maître absent , et la tête inclinée
 
Voyant ma silhouette , contre moi sont venus se serrer... 
  Me couvrant de doux regards les yeux embués ...
 
Que cette nuit fut  douce , à quatre dans mon lit
Sur une mousse de soie, en paix avons dormi ...  

Depuis, je dis merci à Dieu et à la  la VIE ...
 
Et rendant grâce au ciel, l'autre couple a repris ...

Liliane...

Sortie

Yvette Nico